YES WE CAN : un « dys-positif » d’anglais innovant au Lycée français Jean Monnet de Bruxelles.

0
250

Depuis 2014, Sophie-Maud Godefroy et Manon de Decker, professeures d’anglais au Lycée français Jean Monnet de Bruxelles accueillent des élèves en grande difficulté dans un dispositif qu’elles ont-elles-mêmes mis au point, Yes We Can. Les 2 instigatrices ainsi que les bénéficiaires du programme (4 ème et 3 ème ), nous dévoilent ici comment l’anglais est devenu pour les unes un pôle d’excellence de l’établissement et pour les autres une matière attractive. Un succès hors-norme !

Le Dispositif « Yes We Can » a été conçu de A à Z par deux profs particulièrement sensibilisées aux troubles de l’apprentissage. Tout a été mis en place pour redonner confiance aux élèves et les motiver. Tout commence par la prise en compte du profil de chaque élève. Deux classes de 10 à 15 élèves sont constituées après un diagnostique complet des compétences. L’approche pédagogique est centrée sur le projet et intègre le numérique. Elle est active et centrée sur le jeu. Les quatre compétences langagières sont  prises en compte : écouter, lire, parler, écrire, avec un travail spécifique sur la mémoire. Les supports pédagogiques ont été aménagés de même que la gestion de classe pour tenir compte des besoins de chaque élève et notamment ceux qui sont atteints de troubles de l’apprentissage tels que dyslexie ou TDA. Un suivi individualisé de chaque élève, accompagné d’auto-évaluations et de bilans réalisés par les professeurs, permet de mesurer les progrès des élèves tant en matière d’estime de soi que dans leur pratique de la langue. L’accent est mis sur la responsabilisation des élèves. La clé du succès ? Les rendre actifs de leur apprentissage.

Pour plus d’information, reportez-vous au très complet et volumineux pdf réalisé par les enseignantes (lien pdf)

LEAVE A REPLY

Please enter your comment!
Please enter your name here